Vous êtes ici

Euro U16 masculins

Digne d'une finale

10/08/2019
FIBA
Au terme d'un match d'une exceptionnelle intensité les U16 s'imposent 68-66 face à la Serbie lors de leur deuxième rencontre de poule.

Ils ont trouvé à qui parler. Vendredi, en ouverture de l’Euro U16, la Bosnie n’avait pu offrir aucune résistance à l’Equipe de France. La Serbie promettait d’être un adversaire d’un tout autre calibre et l’a confirmé dès les premières minutes. Si on ne pariera pas sur le potentiel à très haut niveau du cubique pivot Filip Brankovic, son vice et sa dureté ont posé de grandes difficultés aux Tricolores, de même que l’agressivité en pénétration de Matija Belic. Avec le shooteur gaucher Nikola Radovanovic ils ont inscrit 22 des 24 points de leur équipe lors de dix premières minutes passées constamment en tête ou presque. L’élégance d’Ousmane Dieng et l’opportunisme de Victor Wembanyama ont cependant permis aux Bleuets de ne pas décrocher dans un duel de très haut niveau (22-24).

Le deuxième quart-temps sera quant à lui beaucoup plus physique, les deux défenses se resserrant au point qu’il faudra attendre 4 minutes avant de voir un ballon transpercer les filets. Le bon passage de Thomas Llaury est cependant une timide éclaircie pour des Bleuets explosant souvent au contact et repoussés loin du cercle. En face la triple menace serbe ne changeait pas de visage et poursuivait son entreprise de démolition avec une redoutable efficacité : 34 points à 68,8% de réussite.

La rencontre montait encore d’un cran en intensité au retour des vestiaires, les Serbes ayant parfaitement intégré que c’est dans la dureté que se trouvait leur salut. Dans la dureté mais également dans la main chaude de Radovanovic, instigateur d’un 2-10 qui plaçait les troupes de Bernard Faure dans les cordes (40-53, 27’). La France avait beau provoquer des fautes, elle laissait trop de lancers-francs en route pour en tirer profit.
Au bord de la rupture, les U16 étaient maintenus en vie par Victor Wembanyama (2,18 m). L’un des plus incroyables prospects du continent, qui dispute l’Euro avec un an d’avance, a terrorisé les attaquants serbes et conclu le troisième quart-temps sur un alley-oop suivi d’un sixième contre en très haute altitude, signant à lui seul ou presque un 8-0 porteur d’espoir (48-53).

Les prises de risque défensives rendues possibles par la présence de ce sémaphore dans la raquette portaient leur fruit, l’Equipe de France multipliant les ballons volés (58-59, 36’). Le suspense était total et sur un excellent mouvement intérieur d’Hugo Mienandi, les Bleuets repassaient en tête avant que Radovanovic n’inscrive un panier primé chanceux avec la planche (64-65). Mienandi, encore une fois, lui répondait avant une interception gagnante de la Serbie dans les mains de Dieng. Un Dieng qui se rattrapait dans la foulée sur une remise en jeu, avant de pousser Radovanovic à une perte de balle puis d'inscrire un dernier lancer-franc. Les joueurs explosaient de joie au terme d'un match qui n'avait pas grand-chose à voir avec une simple phase de poule.

close
Envoyer à un ami

Ce contenu a attiré votre attention et vous souhaitez le partager ? Envoyez le lien de cette page à vos amis et collègues en remplissant simplement le formulaire ci-dessous.

*Les champs obligatoires sont signalés par un astérisque

'